Quand un « expert » intègre le multilingue