Quand on me demande de corriger le bug d’un collègue