Quand notre pire client entre dans l’open space