Quand ma gestion d’exceptions est foireuse