Quand je regarde pour la énième fois l’heure le vendredi après-midi