Quand il n’y a plus de proxy