Linus Torvalds le confirme : le langage Rust va être intégré dans le noyau Linux

Pour la première fois depuis sa création en 1991, un nouveau langage de programmation va être accepté par le noyau Linux, développé jusque-là en C. Le langage Rust sera intégré dans la version 6.1 du noyau de système d'exploitation.

Le débat de la place du langage Rust dans Linux est définitivement clos : l'implémentation du langage au sein du noyau a commencé, et a été confirmée par le créateur de Linux, Linus Torvalds lui-même.

Comme l'a indiqué ce dernier, "à moins que quelque chose d'inattendu ne se produise, Rust sera bien présent dans la version 6.1 du noyau".

Cela fait maintenant plusieurs années que des bruits de couloirs mentionnent l'arrivée de Rust dans l'écosystème Linux. Déjà en 2020, à l'occasion de la Linux Plumber Conference, les développeurs avaient évoqué l'idée de permettre l'usage du langage pour l'ajout de code au kernel. Google, qui maintient de son côté l'OS Android — lui-même une distribution Linux —, a commencé à pousser du Rust dans le kernel en avril 2021.

De quoi limiter les pépins pour le noyau

Un nouveau langage, c'est bien (d'autant que bon, le C date de 1978 hein), mais pourquoi Rust ?

Selon l'avis des ingénieurs Google travaillant sur Android, Rust est désormais assez mature pour se combiner au langage C, et leur permet justement de faciliter leurs implémentations du noyau Linux.

Le langage Rust permettrait également de réduire le nombre de bugs et de vulnérabilités potentiels, tout en s'intégrant de manière fluide avec le code existant et en préservant les performances.

Il y a quelques jours encore, le sujet faisait débat chez les top contributeurs du kernel : ces derniers faisaient notamment part de leurs préoccupations à propos d'extensions Rust non standardisées devant fonctionner sous Linux. Mais comme l'a rappelé Linus Torvalds, de nombreuses exceptions vieilles de plusieurs décénnies ont été faites pour contourner les standards du langage C.

Au cours du Linux Kernel Maintainer Summit qui s'est tenu le jeudi 15 septembre à Dublin, il a finalement été décidé que le langage Rust était assez supporté par Clang, le compilateur de la famille de langages C, pour aller de l'avant et initier les travaux d'intégration.

Torvalds a tenu à préciser que seule l'infrastructure de base de Rust sera intégrée dans la prochaine version du noyau (6.1), ce qui reste néanmoins une première étape très importante pour Rust et Linux.

À lire aussi sur Les Joies du Code :