Guerre en Ukraine : à travers le chaos russe, l'incroyable résilience des développeurs

Alors que l'invasion russe en Ukraine a débuté il y a maintenant plus de deux semaines et que le chaos, la destruction et les crimes de guerre ne cessent de s'abattre sur le pays, les développeurs ukrainiens font preuve d'une grande résilience en continuant de travailler, et se portent volontaires pour défendre leur pays.

Désolé (pas vraiment), ce n'est probablement pas le genre de contenu auquel vous vous attendiez - qui plus est un vendredi - sur Les Joies du Code. Mais certains d'entre vous savent à quel point cette situation me touche, d'autant qu'une partie de l'audience de la version anglaise du site, The Coding Love, est justement localisée en Ukraine.

Ce sont des gens comme moi, comme vous, qui chaque jour venaient juste se marrer sur des gifs à la con illustrant leur quotidien, et qui se sont retrouvés projetés sans sommation sous le feu d'une invasion injustifiée de leur pays.

En 2022, bordel.

À mon humble échelle, je souhaite profiter de cet article pour leur rendre hommage.

Car oui, l'Ukraine compte beaucoup de développeurs - plus de 200 000 selon des chiffres de 2020 - et constitue, avec d'autres pays de l'Est comme la Pologne, la Hongrie et la Roumanie, l'un des principaux pools de développement offshore, avec des profils d'ingénieurs informatique qualifiés et reconnus.

20% des entreprises du classement Fortune 500 disposent d'ailleurs d'équipes de développement localisées en Ukraine.

"Nos développeurs font leurs livraisons depuis un putain de parking souterrain"

Alors que dans le pays chaque nouveau jour est plus incertain que le précédent et que la mobilisation générale décrétée interdit aux hommes entre 18 et 60 ans de quitter le pays, de nombreux développeurs ukrainiens ont pris la décision de continuer à travailler pour leurs employeurs.

Entre les frappes aériennes et les hurlements des sirènes, ils participent encore à des réunions avec leurs interlocuteurs à l'étranger. D'autres apportent leur soutien aux groupes de défense locaux le jour tout en envoyant leurs livrables la nuit.

De nombreuses entreprises américaines et européennes se retrouvent décontenancées et impressionnées par leur attitude qui force le respect, comme en a témoigné le responsable financier d'un éditeur de logiciels basé à San Francisco dans une story Instagram : "oui, nos développeurs font leurs livraisons depuis un putain de parking souterrain à Kharkiv, sous les bombes et les tirs d'artillerie". Celui-ci précise que toutes les livraisons attendues ont pourtant été annulées à compter du jour où l'invasion a débuté.

Andrew Pavliv, PDG de la société N-iX, l'une des plus grosses entreprises de services IT en Ukraine, explique qu'un grand nombre de salariés considèrent important de maintenir à flot l'industrie informatique de l'Ukraine et par ce biais l'économie du pays, et voient la poursuite de leur activité comme un acte de résistance.

Les entreprises ukrainiennes ont par la même occasion insisté sur la nécessité du maintien en condition opérationnelle de leurs systèmes de paiement pour leurs employés et leurs taxes malgré la poursuite des agressions russes.

Les développements en pause "jusqu'à la victoire"

Les développeurs du studio GSC Game World, derrière la série de jeux vidéo S.T.A.L.K.E.R., basée sur un monde alternatif dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, invite leurs collègues de l'industrie ainsi que la communauté des gamers et les créateurs de contenus à communiquer publiquement sur la guerre et à supporter les forces armées ukrainiennes.

Dans une vidéo publiée sur YouTube la semaine dernière, le studio annonce également mettre en pause les développements du second opus de son jeu, "jusqu'à la victoire", expliquant que sa priorité est de faire le nécessaire pour aider ses employés et leurs familles à survivre.

La startup Grammarly, qui propose une solution de correction rédactionnelle évaluée à 13 milliards de dollars et qui a été fondée en Ukraine, travaille en continu pour assurer la sécurité de ses employés à Kyiv et - comme d'autres sociétés extérieures à l'Ukraine - à tenter d'organiser des évacuations.

Elle a rendu sa version premium gratuite à tous les médias fiables qui relatent la guerre en anglais, et a fait don de 5 millions de dollars - soit l'intégralité des sommes générées auprès de la Russie et de la Biélorussie depuis 2014 - à des organisations et des fonds supportant les ukrainiens.

La communauté open source impliquée

On retrouve une très grande communauté de développeurs Python en Ukraine, parmi lesquels d'importants contributeurs du langage.

C'est notamment le cas de Serhiy Storchaka, second contributeur le plus prolifique pour le langage récemment (10ème depuis l'existence de Python), qui a décidé de rester dans son pays et vit dans une zone au nord-est de l'Ukraine encerclée par l'armée russe de Vladimir Poutine.

La semaine dernière, la communauté Python a pris la décision d'aider la famille du développeur en les aidant à quitter le pays, et en communiquant avec eux via Google Translate. Comme l'a indiqué Storchaka sur les réseaux sociaux, grâce à cette intervention de la communauté, deux filles de 11 ans ont pu fuir la guerre en rejoignant la Pologne et sont désormais en sécurité, hébergées chez un autre contributeur du langage.

Sur son blog personnel, Victor Shepelev, qui est quant à lui un contributeur du langage Ruby, s'adresse à sa communauté et explique qu'il doit régulièrement s'abriter avec sa famille à Kharkiv.

Comme l'indique Shepelev dans son article, il ne demande pas aux développeurs hors d'Ukraine de cesser de vivre leur vie confortable ni d'arrêter à écrire des billets de blog ou encore d'assister à des conférences. Comme d'autres ukrainiens, il souhaite une communication massive sur la situation actuelle, avec des expressions de soutien publiques et des partages en nombre, pour mener les dirigeants à des décisions de soutien politique, militaire et humanitaire.

Des développeurs prêts à prendre les armes

À l'instar de nombreux ukrainiens, certains développeurs n'ont pas hésité à prendre les armes pour défendre leur pays.

C'est le cas d'une équipe de l'entreprise Pingle Studio, dont les membres ont décidé de rejoindre l'armée ou d'intégrer les différentes unités de défense territoriale - qui prennent aussi part aux combats. Au vu de leur engagement, la société a tenu à maintenir leur salaire.

Même chose pour le studio Red Beat (l'Ukraine compte de nombreux développeurs de jeux vidéo), qui confirme que certains de ses salariés ont également rejoint la Force de défense territoriale ukrainienne de Chernihiv, ville actuellement assiégée par l'armée russe.

En parallèle des efforts de guerre sur le terrain, une importante armée virtuelle s'est levée à la demande du ministre de la transformation numérique ukrainien pour mener des cyberattaques à l'encontre d'organisations russes.

Alors que le groupe Telegram qui coordonne les différentes actions approche du million d'abonnés, de nombreux développeurs ukrainiens font déjà partie des rangs de cette cyber armée. Certaines sociétés informatiques dans le pays dédieraient même une grande partie de leur activité à ses opérations de hacking.

Au-delà des développeurs, c'est bien sûr depuis le début de cette guerre tout le peuple ukrainien qui suscite l'admiration du monde, par son courage exemplaire et sa résistance. Слава Україні, Героям слава!

🇺🇦 Je m'engage pour l'Ukraine : aider les personnes déplacées et réfugiées en France

À lire aussi sur Les Joies du Code :

Guerre en Ukraine : pour protester contre l'invasion russe, un développeur sabote son paquet npm