GitHub s’attire les foudres de la communauté open source avec son IA Copilot

Image d'illustration : DEPOSITPHOTOS

La plateforme GitHub de Microsoft dans la ligne de mire de la communauté open source — La Software Freedom Conservancy, une organisation à but non lucratif américaine regroupant plusieurs projets open source, vient d'annoncer qu'elle interrompait son usage de GitHub pour l'hébergement de ses projets.

Elle invite par ailleurs la communauté open source à en faire de même en appelant au boycott général de la plateforme.

Derrière cette réaction épidermique de l'organisation : l'IA de GitHub Copilot, dont l'entraînement s'appuie sur de très nombreux projets publiés sous licence open source, qui vient récemment de passer en formule commerciale payante (10 dollars par mois).

Pour rappel, Copilot est un assistant capable de générer automatiquement des blocs de code et des commentaires en s'adaptant au contexte du projet sur lequel travaille le développeur qui l'utilise.

La Software Freedom Conservancy (SFC) explique sur son blog avoir approché à plusieurs reprises Microsoft et GitHub afin de leur partager ses inquiétudes dès les débuts de ce projet en 2021, sans réponse de leur part.

Parmi leurs principaux griefs, le fait que Microsoft monétise de la sorte le code d'autres personnes, et les empêche de disposer du crédit qui leur revient.

Alors que le sujet et ses diverses relances était en "priorité basse" selon les dires de la SFC, GitHub Copilot se présentant alors comme un projet de recherche, sa transformation soudaine en produit à but lucratif est considérée par l'organisation comme un manque de respect envers la communauté du logiciel libre.

La SFC n'exige pas que ses membres existants migrent immédiatement de GitHub, mais indique qu'elle n'acceptera plus de nouveaux projets hébergés sur cette plateforme. Elle précise qu'elle proposera par la même occasion un accompagnement et des ressources pour ses membres afin de procéder à une telle migration.

GitHub, qui a su s'imposer au cours de la dernière décennie au point de devenir la norme pour l'hébergement de code, rassemble à ce jour plus de 83 millions de développeurs sur son service, et héberge un total de 200 millions de projets.

Difficile ainsi d'imaginer un vent de protestation et une désertion de grande ampleur tant la plateforme est désormais ancrée dans les usages des développeurs du monde entier.

Reste à voir si l'on assistera prochainement à la même levée de boucliers de l'organisation open source vis-à-vis de l’IA d'AlphaCode.

Également entraîné sur des projets GitHub publics, cet autre assistant de code a quant à lui été mis au point par Google... qui s’avère être l’un des sponsors de la Software Freedom Conservancy.

À lire aussi sur Les Joies du Code :

À propos de l'auteur
Nicolas Lecointre
Chief Happiness Officer des développeurs, ceinture noire de sudo. Pour rire, j'ai créé Les Joies du Code. J'utilise Vim depuis 10 ans parce que je sais pas comment le quitter.