Asahi Linux est la première distribution à supporter les puces Apple Silicon

Les distributions Linux vont et viennent, mais il en est une qui vient à sa façon d'entrer dans l'histoire. Publiée vendredi dernier (18 mars) sous sa version alpha, Asahi Linux est la première distribution à offrir un support natif pour les puces M1 d'Apple.

Et non, chers connaisseurs, Asahi n'est pas qu'une bière japonaise !

Cette distribution constitue un véritable exploit en elle-même car la technologie Apple Silicon, introduite avec les Mac Mini, Macbook Air et Macbook Pro M1 en 2020, porte sur une plateforme matérielle à la documentation complètement inexistante (du moins, aux yeux du grand public), ce qui a nécessité de la part des gens derrière le projet des efforts titanesques en matière de reverse engineering.

Comme tient à le rappeler l'équipe de développement d'Asahi Linux sur son blog, cette version alpha est néanmoins uniquement destinée à des développeurs et des metamates power rangers users avertis : celle-ci n'étant qu'à ses débuts malgré une très longue phase de développement, de nombreux bugs peuvent survenir et pas mal de fonctionnalités risquent de manquer à l'appel.

Selon eux, les évolutions qui suivront devraient maintenant être déployés à un rythme beaucoup plus soutenu, et s'appuieront en grande partie sur les retours des premiers utilisateurs de l'OS.

Important également : l'installation ne nécessite pas de jailbreaker le Mac sur lequel l'OS Linux est amené à tourner, et n'aura pas d'interférence sur le niveau de sécurité de l'installation macOS existante. Ainsi, le système de protection de fichiers FileVault, l'exécution d'applications iOS et le visionnage 4K via Netflix par exemple continueront de fonctionner correctement.

Du côté des prérequis techniques, on part évidemment sur un Mac équipé d'une puce Apple Silicon M1 (le dernier Mac Studio étant exclu), avec une version MacOS 12.3 ou supérieure et au moins 53 Go d'espace libre pour l'installation desktop, qui dispose de son propre assistant d'installation.

Du fait de sa version alpha, de nombreuses fonctionnalités liées aux entrées/sorties ne sont pas encore opérationnelles, comme l'usage des ports display, Thunderbolt ou encore HDMI (sur les MacBooks). C'est également le cas du Bluetooth, des caméras, des accélérations matérielles (GPU et codecs vidéo).

En revanche, Asahi Linux couvre très bien des fonctionnalités essentielles comme le Wi-Fi et l'Ethernet, la gestion USB, du NVMe, de la batterie, du clavier et des écrans intégrés.

Pour plus d'informations sur la version alpha d'Asahi Linux, ses instructions d'installations et une FAQ, vous pouvez vous rendre sur le blog d'Asahi Linux.

À lire aussi sur Les Joies du Code :

Un développeur nantais a créé son CV sous la forme d'un terminal Linux

🚁 Parce que c'est cool : le petit hélicoptère embarqué avec le rover Perseverance sur Mars tourne sous Linux et des logiciels open source (2021)

Mark Zuckerberg décide d'appeler ses employés... les Metamates